Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
6
6
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
85. V.

Moi, V., 41 ans, j’ai été victime de violences sexuelles de l’âge de 6 ans et demi à 8 ans par le gardien de l’école et son fils aîné âgé de 17 ans lors des faits. J’ai osé en parler, on ne m’a pas crue, et rien n’a été fait.

J’ai subi comme d’autres enfants les abus sexuels de cet homme qui vivait au sein de l’école et qui a été protégé par l’éducation nationale.
Ma mère n’a pas agi. Ni pendant, ni après. Elle préfère demeurer dans un déni pathologique.
Elle tente depuis de convaincre qui veut l’entendre (mes enfants notamment et en particulier les tribunaux en s’alliant avec les pères de mes enfants) que je suis folle et qu’elle va très bien.
Aucune excuse de personne. Le silence étouffant.
D’autres enfants étaient abusés avec moi par ce monsieur et son fils.
Il a été arrêté pour viols sur mineurs de moins de 15 ans car il s’en prenait à tout enfant. Il est mort avant d’avoir été jugé. Son fils qui participait n’a jamais été inquiété grâce à son statut de militaire (!!!)
A sa mort (j’avais 12ans), j’ai senti un soulagement mais ma propre mère m’a contrainte au silence avec menaces. Aucune aide.
L’aide est venue à 22 ans quand j’ai accepté de regarder la vérité en face. Depuis je suis suivie et épaulée.
J ai déposé plainte à 25 ans à l’accouchement de mon 1er enfant. Le gardien était mort. Mais son fils est bien vivant. Il n a pas été interrogé car il est militaire.
Qu’est ce qui garantie que ce militaire n’est plus pédophile ?
La France a pris le parti de se taire. La France est coupable de protéger des pédophiles et de ne rien mettre en place pour préserver les victimes. Prévention et soins.

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.