Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
7
2
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
159. Sonny

Bonjour, je m’appelle Sonny, j’ai 28 ans.
Je ne suis pas sûr d’avoir subi des violences sexuelles, le doute me suffit.
J’avais entre 12 et 13 ans, et j’ai passé un week end dans une maison de campagne avec mon cousin – qui a le même âge que moi – et un homme qui avait dans le passé agressé sexuellement ses neveux et nièces.
Les membres de ma famille l’on appris quelques mois après ce week end.
Comme je l’ai dit je n’ai aucun souvenir, sauf celui d’un verre d’eau, qu’il m’a donné avant de me faire visiter la chambre où j’allais dormir.
Alors pourquoi croire qu’il m’est arrivé quelque chose ? Parce que voilà 2 ans que je suis en thérapie et que je ne m’en sors pas, parce que j’ai lu le livre de Muriel Salomna ‘le livre noir des violences sexuelles’ ainsi que de nombreux témoignages et que j’ai les mêmes symptômes que beaucoup de victimes.
Lorsque j’ai annoncé mes doutes à ma famille ils m’ont tous dit d’oublier. Je ne crois pas que ce soit possible. Aujourd’hui j’aimerais seulement connaître la vérité, qu’elle soit heureuse ou malheureuse, et je ferai de mon mieux pour la découvrir.
Je vous remercie pour votre attention.

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.