Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
6
6
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
104. Marie

Moi, Marie, aujourd’hui âgée de 37 ans ai été agressée sexuellement à l’âge de 6 ans.
J’étais invitée chez ma meilleure amie à jouer chez elle avec une autre amie de notre lotissement.
Pendant une partie de cache-cache – c’est moi qui devais les chercher – son père m’a appelée et m’a fait rentrer dans sa chambre.
Il m’a demandé de me déshabiller et de m’allonger sur son lit. J’étais surprise. Je ne comprenais rien.
Il s’est allongé sur moi, frotté contre moi et je me souviens surtout qu’il m’a demandé si « j’aimais ça ? »
Après, c’est confus.
Puis tout a continué comme si de rien n’était sauf que je ne voulais plus aller jouer chez mon amie.
Ma mère a trouvé ça bizarre et a insisté pour que je lui donne une explication. J’ai raconté et elle s’est mise en colère parce que je n’avais pas parlé tout de suite.
Puis la voisine, la femme de cet homme, est venue à la maison. Ma mère l’a laissée entrer. Elle m’a accusée d’être la cause des histoires avec son mari. Je me suis sentie coupable.
Aujourd’hui, je me dis que ma mère me considérait comme une adulte et qu’au lieu de me protéger, elle a voulu me projeter dans la réalité et c’est pour ça qu’elle a choisi de m’imposer une confrontation entre cette femme et moi.
Puis plus rien …
Il y a quelques mois, j’ai interrogé ma mère sur les raisons de son choix de rester à proximité de cette famille. Je n’ai pas eu de réponse.
Elle m’a dit qu’elle avait porté plainte sans m’en parler et que le dossier avait été classé sans suite.
J’ai des doutes et aujourd’hui je fais ma propre enquête.
Où était mon père et que faisait-il ? Ma mère l’a-t-elle mis au courant de cette agression ? Comment aurait-il ignoré le traumatisme que j’avais vécu ?

Je certifie sur l’honneur, l’exactitude de mes déclarations et j’en assume l’entière responsabilité.