Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
7
2
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
3. Lydia

Moi, Lydia D-C, j’ai été violée de l’âge de mes 10 ans à l’âge de mes 15 ans par mon beau-père, cousin germain de mon père. J’ai réussi à en parler à un médecin à l’âge de 12 ans (sans qu’il m’aide), puis à mon prof de français, à 14 ans (qui me conseilla d’en parler à quelqu’un d’autre et de déposer plainte, ce que je fis). J’en parlais à une amie de mon père.
En 1982, une plainte a été déposée. Elle a été classée sans suite.
J’ai aujourd’hui 48 ans et je continue à souffrir des conséquences de ces viols. Je ressens encore beaucoup de colère envers mes parents, mon agresseur, la justice et la société. Le déni qui entoure la pédo-criminalité est puissant et c’est ce déni qui empêche la cautérisation des plaies.
Je tiens à ajouter que j’ai demandé justice du haut de mes 15 ans, puis à mes 38 ans, ce qui m’a été refusé. La prescription m’a empêché d’avoir à nouveau accès à la justice. Depuis lors, je n’ai cessé de lutter contre ce crime en participant à des actions. En 2008 et 2013, j’ai témoigné dans un documentaire destiné à la formation : « longtemps après ».

http://www.fotofilmecrit.fr/la.php

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.