Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
7
2
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
7. Linda

Moi, Linda F., J’ai 36 ans, je viens d’être diagnostiquée anxio-dépréssive les attouchements sexuels y sont pour beaucoup … À partir du moment où j’ai décidé d’avoir un enfant les flashs et souvenirs ont réapparus. Il s’agit de mon 3eme burn-out, mais de mon 1er depuis mon enfant.
Le second a eu lieu juste 4 mois avant que je tombe enceinte ….
Je savais toujours que j’avais été victime de choses « pas normales « ….beaucoup trop jeune.
J’ai ne réalise que maintenant à mes 36 ans que j’ai été victimes d’abus sexuels sur mineurs :
– avec mon voisin: professeur de musique (désormais mort, info retrouvée en portant plainte)
C’était je pense entre 3 ans à 4 ans avant la mort de mon grand-frère. (11 ans à sa mort)
Ca a au moins duré 2 ans…. C’est très difficile de recouper les dates …
– au moins 2 fois lors de soirées familles avec de grands-oncles …
– 1 fois au TOGO par un soi disant : GOUROU
J’ai dès la 1ère fois eu le sentiment de devenir une proie face à ces prédateurs totalement libres.
– le plus grave est d’avoir enfin accepté et réalisé que j’ai été VIOLEE par mon docteur traitant à mes 18 ans révolus …. (1,5 mois après )
Avec son souffle frénétique il m’a prise comme ça sans préservatifs : je suis tellement chanceuse j’aurai pu avoir le SIDA, MST, tomber enceinte?
J’ai été boulimique du milieu du lycée à mes 28 ans ….
Je pensais que c’était dû à ma relation avec mon père pendant des années, plus tard grâce à l’association dans laquelle je suis je réalise que c’était au moins 70% à cause de ça…
Voilà en Afrique, on coupe le sexe de ces gens ….
Ici on les laisse, sans rien faire ni dire …. car c’est le fameux TABOU (bien trop présent)…
Ma mère à l’époque m’a dit :
Chut ne dis rien à papa, sinon il va le tuer, et il ira en prison, et je me retrouverai toute seule …et ça a continué ….
(Je la pardonne elle est dépressive à vie)
C’est la mort de mon frère qui a cassé ça, nous avons déménagé 2 ans après.
Nos enfants sont les futures proies, car cela se passe tous les jours près de chez vous …
Écoutez ATTENTIVEMENT vos enfants, ils ne mentent jamais…

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués .