Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
6
6
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
45. Julie

Moi, Julie P, j’ai été victime d’inceste de 6 à 12 ans de la part d’un cousin de 9 ans mon aîné. J’ai décidé d’en parler à ma maman à 12 ans mais au vue de sa réaction, elle était anéantie, j’ai décidé de ne pas tout dire.
 À 18 ans, mon premier amour…. Les choses se compliquent, je prends alors conscience que l’inceste que j’ai vécu jouera sur ma vie. Je décide d’en parler à toute la famille ( 7 oncles et tantes)… Aucunes réelles réactions. 
Je pars à 500 km de chez moi, je suis en couple avec mon mari… Je tombe malade et là, la révélation. Je doit porter plainte pour pouvoir vivre.
 Dépôt de plainte en 2004, jugement en 2008, il écope de 5 ans de prison dont 1 ferme et 15000€ de dommage et intérêts… 
J’ai suivie 5 ans de thérapie cognitivo-comportemental et 1 an d’EMDR.
 J’ai réussi à survivre à ce cataclysme, grâce à ma force de vivre, ma maman, mon mari et mes amis. 
La plupart des gens que comptait ma « famille » nous ont tourné le dos… Tant pis pour eux!
 J’ai eu la chance d’être crue, j’ai eu la chance de tomber sur des policiers qui croyaient en leur travail et qui l’ont bien fait. 
Ne perdez pas espoir…

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.