Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
6
6
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
111. Isabelle

Moi, Isabelle, 42 ans, j’ai été victime de violences sexuelles à partir de mes 3 ans (peut-être avant) et jusqu’à mes 13 ans, par mon grand-père maternel.

J’ai été victime de viols et d’abus répétés les mercredis et les vacances scolaires pendant 10 ans.
J’avais 3 ans quand ça a commencé. Autant dire de très nombreuses fois. Mes cousines ont été victimes aussi. Ma mère la première puisque l’agresseur était son père. Je tiens à dire que ma mère m’a offerte à son père pendant 10 ans. Mon père à fait l’autruche… Autant dire que je ne sais pas encore ce qui m’a maintenue en vie. Avec mes cousines, nous avons porté plainte à l’âge adulte et obtenu gain de cause. Mais mon grand père a été condamné à 1 an de prison car il avait 80 ans au moment du procès. J’ai pardonné à ma mère car elle a été la première victime et dans le déni et atteinte du syndrome de Stockholm. Et je sais ce qu’elle a dû traversé… Sachant que mon monstre de grand-père invitait des copains pédophiles. Je tiens à témoigner et le regard des autres et la critique m’indiffèrent.

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.