Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
7
2
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
91. Genevieve

Moi, Genevieve, 71ans, j’ai été victime de violences sexuelles de 10 ans à 21 ans, par mon père qui était âgé de 18 ans à ma naissance. Ma mère, fille mère, était âgée de 17 ans.

Je viens de finir d’écrire l’histoire de ma vie, de l’auto-punition, ayant porté la culpabilité familiale de l’inceste, vécu de l’âge de 10 ans à l’âge de 21 ans.

Je ne voulais pas briser l’équilibrefamilial emprise, chantage, déni de la mère quand je lui en ai parlé, jalousie du frère qui me disait « tu m’as volé mon père ». J’étais coupable, et terrorisée.

Quand j’ai osé porté plainte contre mon père à l’âge de 65 ans, devant le déni de ma mère que je ne pouvais plus supporter, face à la souffrance de ma vie, il y avait prescription. Je n’ai reçu aucune réparation,et pas plus de compassion sur ma vie gâchée. Mon père a reconnu les faits ; il avait 83 ans ; il est décédé quatre mois après ; aux yeux de mes frères, ils ne m’ont jamais vraiment reconnue comme victime ; je suis l’aîné et j’ai 2 frères ; ma vie avec les hommes a été un fiasco.

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.