Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
7
2
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
139. Frédéric

Frédéric « adulte » 51 ans témoigne pour Frédéric enfant 11 ans.
Dans mon enfance, je vais devoir faire face à un trio d’êtres humains qui n’en n’ont que la forme.
J’ai 6 ans quand le calvaire commence chez mes parents, mon « père » devient « boxeur »et me roue de coups, me demande d’avouer je ne sais toujours pas quoi, en me mettant la tête dans l’eau de la baignoire entre autres…
Cette galère va durer de 6 à 15 ans.
Pour la maltraitance, une longue thérapie et au final l’EMDR vont beaucoup m’aider .
Pendant ma thérapie, je voyais dans mon esprit, une photo fixe, sans odeur, sans bruit, sans ressenti.
Je me disais donc que pour ça : ce curé qui a abusé de Frédéric enfant de 11 ans, j’étais tranquille, mais au fond de moi, quelque chose me semblait bizarre, mais bon j’étais accaparé par ma volonté de comprendre mes géniteurs et leurs maltraitances.
Il y a un an, je sens cette image avec ce curé, qui bouge un peu. Cela fait aussi un an que mon divorce a été prononcé …
Pendant tout ce temps, je suis sans arrêt en train de regarder tout ce qui peut traiter de la pédophilie et je hurle en moi à chaque déclaration de Barbarin .
Voila, cela fait 6 jours, j’ai trouvé une psy, en une heure ,elle m’a expliqué ou tenter en tout cas, la dissociation, l’amnésie, toutes les répercussions dans ma vie d’adulte.
Ce matin je suis dans ce que j’appelle la partie haute, donc ça va, je peux témoigner, sans doute confusément, mais sans culpabilité parce que détacher de mon ressenti. C’est juste que j’ai la hantise de la partie basse, celle où la culpabilité me dévore et où l’alcool va m’anesthésier.
J’ai envie de reconstruire une vie de couple tout en ne m’en sentant pas capable. C’est mieux qu’il y a un an : l’idée de la lobotomie me séduisait.
Quand à aller chercher l’enfant en moi, ça frise le film d’horreur…
Je me dis que j’ai réussi a dépasser la maltraitance, je vais bien arriver à dépasser la pédophilie, c’est juste que le chemin est long et je fatigue mentalement .
J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.