Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
6
6
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
97. Fanny

Moi, Fanny, 40ans, j’ai été victime de violences sexuelles étant mineure. J’ai connu de multiples violences dans ma famille. A 13 ans, j’ai fini en foyer, c’est là, qu’un éducateur (il avait dans les 40/50 ans) a abusé de moi plusieurs fois. Il m’a même retrouvée quand j’avais 20 ans , je vivais en foyer jeunes travailleurs.
Tellement mal dans ma peau, que j’ai des problèmes de santé qui m’isole totalement. Je ne peux même plus travailler à cause d’une acné sévère sur le visage. J’ai suivi une psychothérapie depuis 2007 avec la même personne. Je suis en dépression depuis toujours. Je n’ai pas eu d’enfant pour toutes ces causes, n’ayant confiance en personne.

Je me sens mal de ne pas l’avoir dénoncé. Mais comment dire ce genre de choses ??? Alors qu’aux yeux de mes proches j’ai toujours été une menteuse et j’en passe .
Je me sens mal parce que je culpabilise, je me sens complice de n’avoir rien dit… Je pense sans cesse qu’à cause de moi il a eu la liberté de continuer.
Pas un jour n’est passé sans penser au suicide, c’est mon combat permanent car je suis contre le suicide. Mais la dépression m’épuise vraiment.

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.