Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
6
6
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
144. Fabrice

Moi, Fabrice, 44 ans, j’ai été victime de violences sexuelles étant mineur.

CM2, j’ai 10 ans et demi.

Je suis dans une école privée. St Jean-Baptiste au L. B.
Le maître, frère Louis est absent pour cause de maladie et c’est le frère Pierre qui le remplace.
Jamais vu cet homme.
Il nous propose une dictée. Pendant cette dictée, il passe dans les rangs.
Il s’arrête et regarde au dessus des épaules des jeunes élèves.
Je le sens derrière moi.
Il pose sa main sur mon épaule.
Puis il la laisse glisser sur mon ventre.
Je suis tétanisé.
Il la descend encore. Il passe sa main dans mon pantalon, mon slip et touche mon zizi. Je ne bouge pas.
Il enlève sa main, s’en va en continuant la dictée.
Entre horreur et inquiétude, je tairais cette histoire jusqu’à mes 23 ans.
Seul mes proches familiaux sont au courant.
J’espère que cette horreur de « frère » n’aura pas fait davantage de dégât.

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.