Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
7
2
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
108. Claude

Moi, Claude, 67 ans, j’ai été victime d’actes de pédocriminalité à deux reprises : à l’âge de 7 ans et à l’âge de 18 ans par deux prêtres.

A l’âge de 7 ans, j’ai été victime d’un prêtre pédophile alors que j’étais scolarisé à Saint-Jean Baptiste de S. dans les Hauts-de-Seine. Ce prêtre sadique me punissait tous les mercredis dans sa classe dans le seul but de me caresser. A cause de lui, j’ai détesté l’école et je suis devenu le parfait cancre. J’en ai parlé à mes parents bien plus tard, mais je n’ai pas été cru. A 18 ans, élève comédien d’art dramatique, j’ai été hébergé chez un prêtre dans un petit village de province ou j’ai dû passer une bonne partie de la nuit à le repousser, alors qu’il tentait sans succès de me violer. J’ai réussi dans le temps à men sortir, puisque bien que sans diplôme, j’ai tout de même réussi à obtenir difficilement mon titre d’avocat pour défendre des victimes de viols.

J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.