Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d'expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n'engagent que leurs auteurs.

 

À ce jour
0
0
1
7
2
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !
59. Amandine
Moi, Amandine T., 39ans, j’ai subi des attouchement à l’âge de 9 ans par un membre de ma famille, puis violée par cette même personne quand j’avais 12 ans. C’était quelqu’un de très beau admiré de tous…..et je le tenais en respect…Moi qui était une petite fille enjouée, aimant les autres et la vie, je me suis construite une personnalité, m’enfermant en moi-même dans un abîme sans fond…
Je n’ai rien dit…pendant très longtemps. La première fois que j ai révélé ce qui c’était passé, j’avais 17ans, encouragée par mon amoureux de l’époque, et ma mère m’a dit : que veux-tu que je fasses après tant d’années… Cela m a encore plus plongée dans un mal être… Voyant la date de prescription arriver à grand pas, j’ai décidé avec l’aide de mon compagnon de l’époque, de porter plainte et de faire une thérapie… Mon avocat m’a demandé 10 000 euro de frais de justice, je n’avais pas les moyens, c’est resté sans suite…..
Ma famille n’a pas compris ma démarche, j’ai coupé tous liens avec eux. Aujourd’hui, mon agresseur est marié, chef d entreprise, et a toujours nié…
Moi je suis mariée, maman de deux magnifiques petits garçons … Il y a en moi quelque choses de mort… Le souffle de vie est parti, même si je suis heureuse de tout mon parcours… Aujourd’hui, j’en parle sans pleurer, parce que je n’ai pas honte… J’ai été entendue par les personnes qui ont reçu ma plainte, et par ma thérapeute…par mes amis…mais je ne peux m’empêcher de penser que la justice le laisse toujours faire ce qu’il veut et que je ne suis peut être pas sa seule victime…
  
J atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.
 
Je me rends compte qu’il n existe pas de lieu de parole pour les victimes comme les alcooliques anonymes… Il n y a rien qui nous permette de réapprendre à vivre… Nous sommes des survivants… Merci de cette pétition.