A quoi puis-je reconnaître
avoir été victime
de violences sexuelles
étant mineur(e) ?
À ce jour
0
0
1
6
6
personnes
ont témoigné
Brisez votre silence
TÉMOIGNEZ ICI !

Vous, victimes de violences sexuelles alors que vous étiez mineur(e)s,
brisez votre silence, témoignez ici !
Vous, citoyennes, citoyens, écoutez, lisez le cri des victimes.
Ce déni ne peut plus durer.

Témoignages

Les témoignages recueillis par les associations membres du CILCP sont destinés à être publiés sur ce site « Le déni, ça suffit ! ».

Par cette action, les victimes témoignent pour alerter l’opinion publique, les autorités compétentes ainsi que les instances internationales sur la réalité de leur vécu.

Par l’intermédiaire de ces témoignages, le CILCP demande l’ouverture d’un débat national sur le fléau social que constitue la pédocriminalité.

Par son action, le CILCP demande que la lutte contre la pédocriminalité soit déclarée grande cause nationale en France. Cette lutte doit être une priorité des instances internationales.

L’ensemble des personnes témoignant sur les supports du CILCP approuve le fait que ces publications soient transmises aux instances compétentes de l’Union européenne et de l’ONU.

Cet espace est un espace d’expression libre dédié aux victimes. Les opinions et ressentis exprimés n’engagent que leurs auteurs.

Adhérez
au collectif
28. Catherine
Moi, S. Catherine, j'ai été violée de l'âge de 8 à 12 ans par mon demi frère. Mon demi-frère pratiquait sur moi une masturbation, il n'y a pas eu à mon souvenir de pénétration de son sexe. Il me harcelait, me faisait du chantage, me menaçait, sortait toujours de nulle part ce qui pour moi était une lourde pression psychologique, tout cela pour arriver à ses fins. Et même si cette masturbation m'a été appliquée "tout en douceur" cela a énormément perturbé mon fonctionnement psychologique. ...
Lire
44. Françoise
Moi, Françoise P. J'ai été violée par mon frère ado puis par mon père jusqu'à 10/11  ans. La honte et le silence, un secret lourd à porter. Ces agresseurs ont fait 3 autres victimes. J'atteste sur honneur la véracité des faits évoqués.
Lire
27. Joelle
Je suis Joelle, abusée par mon frère ainé alors que je n'avais que 3 ans, lui 16.... Il est décédé d'un accident de voiture à 18 ans. On vénérait  le "mort".  Alors que moi petite chose  insignifiante et cassée , je fus placée... Ma vie ne fut qu'une suite de chaos et de mal être . Afin que la parole des petites victimes soit prise en compte, déjà avant toute chose dans sa propre famille... Et ensuite par  la société. J'affirme sur l'honneur  ce témoignage véridique .
Lire
135. Sash
Moi, Sash, 28 ans, j'ai été abusée sexuellement par mon cousin alors pré-ado, lorsque j'avais entre 5, 6 ou 7 ans. Difficile de trouver les bonnes dates. Les souvenirs que j'ai sont très peu nombreux et je ne me rappelle pas y avoir beaucoup pensé étant enfant. Je sais juste que l'information sortait parfois, sans prévenir. Avec une amie de maternelle ou CP par exemple, alors que nous étions près d'une cabane où mon cousin m'avait forcée à lui faire une fellation, envoyant mon frère "monte...
Lire
12. Mathilde
Moi, Mathilde, 37 ans, j’ai été victime d’attouchements et de viols de la part de mon père dans mon enfance. Ces faits se sont déroulés pendant des années. Comme la plupart des enfants victimes, j'ai occulté cette vérité, la plaçant dans un coin de ma tête afin de pouvoir survivre. Par ailleurs, j'étais une petite fille sage, j'avais des bonnes notes à l'école, et j'aimais beaucoup mon Papa et ma Maman. Même si je n'avais pas d'amis, que je ne jouais pas, que j'étais triste, les adultes de mo...
Lire
105. Gwendoline
Moi, Gwendoline, à 5 ans, j’ai été violée par mon oncle, le frère de ma mère. Je n’ai rien dit. Mais ma mère a changé d’attitude avec moi et ne m’a posé aucune question. Aujourd’hui, j’ai 29 ans et j’ai encore honte. J’atteste sur l’honneur la véracité des faits évoqués.  
Lire
161. Claudine
Moi, Claudine, 38 ans, j'ai été victime de violences sexuelles à l'âge de 6 ans. Petite fillette j'ai vécu des maltraitances : un jour des petits garçons jouent avec moi dans l'eau, un petit garçon m'a dit de bien regarder son zizi, je croyais que c'était un jeu, et d'autres choses. Après je suis devenue ado et voilà j'ai compris que c'était des rapports sexuels. Aujourd'hui c'est l'horreur de faire des enfants des jouets sexuels, voler la vie d'un enfant et d'un adulte. Au fond de moi, je...
Lire
165. Orcapade
Moi, Orcapade, 43 ans, j'ai été victime de violences sexuelles à l'âge de 15 ans, par un ami de mes parents. Du jour où j'en ai parlé à mon père, je n'ai plus jamais eu le droit d'en parler. Cet interdit a sûrement fait plus de dégâts psychiquement que les abus sexuels en eux-mêmes. Je dois malheureusement à ces événements l'échec quasi-total de toutes mes entreprises professionnelles ou personnelles... L'abus, quel qu'il soit, n'étant plus jamais supportable. Même aujourd'hui à 43 ans, un...
Lire
164. Séverine
Moi, Séverine, 43 ans, j'ai subi des violences physiques et viols a répétition de 4 ans et demi à 12 ans par mon père adoptif. Etant né sous X, j'ai été adoptée a l'âge de 16 mois : mes parents adoptifs ont divorcé quand j'avais 4 ans 1/2. Mon père a obtenu la garde exclusive puisque ma mère a était reconnue coupable de violences physiques à mon encontre. Je n'en parle jamais, j'ai été replacée très tôt en foyer. A l'âge de 7 ans, en pension d’abord et c'est une institutrice qui non sans diff...
Lire
112. Sophie
Moi, Sophie, 42 ans, j'ai été victime de violences sexuelles étant mineure. J'ai 13 ans lorsque je me fais attoucher et embrasser par un prof de sport en classe de neige en 4ème. J'ai 16 ans lorsque mon professeur de français me viole. J'ai 17 ans lorsque mon oncle (mari de ma tante paternelle) me ramènant chez moi fait un détour par son cabinet et me viole. Ma mère lui avait demandé de me raccompagner. Il s'était pourtant toujours mal comporté : peloter ma mère dans la cuisine ou mett...
Lire
94. Magalie
Je m’appelle Magalie, j’ai 43 ans et j’ai été victime d’inceste entre l’âge de 8 et 12 ans, d’un père alcoolique. A 8 ans suite au divorce de mes parents, j’ai basculé d’un coup, dans un monde d’adulte glauque ou régnait la peur, le chaos, la déchéance et le silence. J’allais tous les 15 jours chez mon père, durant les week-end et pendant les vacances. Ma mère a quitté mon père parce qu’il buvait et qu’il était violent. Cela ne lui posait à priori aucun problème de me laisser seule avec lui,...
Lire